All Posts By

Serge Kalotshi

Savoir se réinventer (2)

By | Publications | No Comments

Entreprendre c’est se mettre au service de la société en proposant des solutions aux problèmes qu’elle rencontre. Le monde est en constante évolution, les besoins changent, les attentes aussi et les meilleures réponses sont celles qui savent s’adapter aux problèmes voire les anticiper. En tant qu’entrepreneur vous êtes un pourvoyeur des solutions. Vous devez savoir vous adapter et vous ouvrir aux nouvelles perspectives. Cela vous exigera de fois d’avancer vers l’inconnu. Vous devriez envisager  de sortir de votre confort pour aller chercher les solutions là où vous ne pensiez pas poser les pieds. La vie d’entrepreneur est une vie d’aventure. Un entrepreneur n’a pas peur des défis, mais il y fait face avec la mentalité de celui qui saura les relever.

Un entrepreneur ne doit pas se laisser enfermer dans une bulle, fût-elle celle de son domaine de prédilection. Il doit être en mesure de se transformer en pourvoyeur des solutions dans tous les domaines. L’essentiel ce qu’il reste ouvert et qu’il soit prêt à porter un regard nouveau sur le monde qui l’entoure. Cette vision lui permet d’être attentif aux problèmes qui se posent et de faire le tour de toutes les opportunités qui s’offrent à lui. C’est tout un état d’esprit qu’il doit développer. Entreprendre c’est un état d’esprit.

 

Capable de vendre le pétrole.

Un jour, avec un ami nous avons été abordés par une connaissance qui nous proposait une affaire dans la distribution des produits pétroliers. Nous évoluions dans le secteur des services aux entreprises et aux particuliers. Rien à voir avec la vente des produits. Nous étions loin d’une telle activité, dans un secteur que nous ne maîtrisions pas du tout.  Aucun de nous n’avait jamais envisagé travailler dans ce secteur. Mais lorsque la proposition nous avait été faite nous avions répondu : « nous savons vendre les produits pétroliers ». Ce n’était pas de manière légère que nous avions ainsi répondu ; c’était pour nous, une manière de dire que nous ferions ce qu’il était possible pour répondre aux exigences de cette « nouvelle » affaire.

Nous envisagions d’apprendre à être des négociants dans la distribution des produits pétroliers. De prendre contact avec les acteurs du domaine, de sous-traiter les services par les spécialistes là où il le fallait. Nous étions prêts à apprendre un nouveau métier. Nous étions prêts à nous changer, à mettre la salopette et à arborer une nouvelle casquette. L’affaire était là et nous ne voulions pas la perdre. Ce que je veux dire c’est que nous n’étions pas figés. Nous voulions explorer une autre, une nouvelle dimension dans notre vie d’entrepreneur. Nous étions prêts à nous réinventer.

 

S’ouvrir à la nouveauté

Si vous êtes entrepreneur, c’est que vous avez choisi de vivre une vie active. Une vie mouvementée. Pour être plus vivant, vous devez prendre le risque de vous réinventer. Vous devez aller au-delà des limites imposées, des conditionnements et des peurs qui réduisent les marges de manœuvre et vous gardent à l’étroit. Le monde des affaires vous incite d’ailleurs à être à l’affut du bon filon, de l’opportunité du moment. Ce n’est qu’ainsi que vous ferez grandir votre affaire, que vous allez évoluer vous-même en tant qu’homme ou femme d’affaires et atteindre votre plein potentiel. Vous devez pour cela, accepter de faire des remises en question ça veut dire traverser de moments de doute et d’incertitude.

C’est constamment qu’il vous faudrait examiner les opportunités et vous décider d’en explorer de nouvelles. C’est à la fois bénéfique pour vous en tant que personne et pour vos affaires. Tout comme vous, votre entreprise ne devrait pas non plus se limiter à se cantonner à un seul secteur d’activité. Elle doit évoluer et être en avant plan des entreprises innovantes. Elle peut devenir spécialiste d’un secteur éloigné de son core business de départ. Les exemples des entreprises ayant bien négocié ces virages du changement sont nombreux.  Et la réussite est au rendez-vous.

 

Etre prêt ne doit pas être une option, mais la seule alternative

Le succès de vos affaires dépend essentiellement de vous. De votre vision du monde. Il commence en vous. Apprenez à écouter votre cœur, vous y découvrirez des talents cachés, des ressources insoupçonnées. Vous découvrirez un autre vous. Considérez que chaque jour s’offrent à vous des situations, des événements pour vous inciter à changer et à avoir un nouveau regard sur le monde et les solutions que vous pouvez proposer aux problèmes qu’il pose. Soyez prêts à saisir ces opportunités. C’est le seul moyen de progresser, d’avancer. Sinon vous devenez candidat à la stagnation et à l’enlisement.

Imaginez la chance que vous avez, en tant qu’entrepreneur, de créer, d’explorer et de réaliser de nouvelles choses.

Saisissez-la et stimulez votre créativité. Apportez une fraîcheur à vos idées.

 

 

Savoir se réinventer

By | Publications | No Comments

Lorgner son succès passé et présent est le moyen le plus sûr de préparer le lit de son échec futur. Les affaires c’est comme une source qui coule. Elle ne s’arrête pas. Si vous voulez perpétuer votre succès, vaut mieux ne pas vous arrêter. Vous devez suivre le rythme, tenir la cadence. La vie d’entrepreneur est ponctuée de succès, d’échecs aussi parfois, mais ce qui importe c’est de ne pas s’arrêter. Celui qui se lance dans l’entrepreneuriat devra toujours avancer.

Le succès d’hier ne garantit pas la réussite d’aujourd’hui ou demain. Ne vous arrêtez pas sur ce que vous avez réussi à faire pour la simple et bonne raison qu’il y a des défis qui se présentent à chaque virage et chaque jour. L’environnement économique est fluctuant, instable, incertain et évolutif. Soyez prêt à saisir les nouvelles opportunités, soyez à l’affût de nouvelles idées pour y réussir confortablement et garder un pas d’avance sur la concurrence.

 

Réussir un jour ne signifie pas réussir toujours.

Il n’est pas interdit de célébrer les réussites, mais y rester longtemps peut devenir un handicap. Projetez-vous tout de suite vers l’étape suivante. Concentrez-vous sur les échéances à venir. C’est une mentalité des sportifs à développer. Quand on marque un but lors d’un match de football, le match ne s’arrête pas. On continue à jouer avec l’objectif de marquer encore pour mener au score et assurer la victoire. Mais on veille aussi à ne pas encaisser davantage (de buts) qu’on en a marqué. Et même quand on gagne un match, on n’a pas gagné le championnat. En tant qu’entrepreneur, vous êtes appelé à avoir une vision globale et des objectifs précis.

Une victoire d’étape ne signifie pas que le but est atteint. Parce que le monde évolue et que l’environnement est de fois changeant, il convient d’être sur ses gardes. Quand vous avez réussi un exploit technologique, commercial, sachez que vous devez immédiatement penser aux défis qu’appelle cet exploit : faire face à la concurrence qui cherchera à vous rattraper, être attentif à l’évolution du marché.  Bref, anticipez les changements (et même les imprévus).

Un seul exploit ne consacre pas une victoire définitive. Gagner une étape d’une course ne vous garantit pas de gagner la grande boucle. C’est une vérité valable dans le business. Une fois votre idée validée par une réussite, passez directement à une autre idée. C’est le meilleur moyen de vous assurer plusieurs victoires dans votre parcours et de rester en vie, économiquement parlant. Connectez-vous aux nouvelles idées. Les innovations technologiques n’ont qu’une durée de vie courte.

 

Veiller à garder une longueur d’avance.

Etre un capitaine d’industrie, chef d’entreprise c’est comme être un pilote. Ça vous demandera d’avoir un regard sur la route, mais aussi sur les instruments de navigation. Ne vous concentrez pas que sur la route sans tenir compte des indications du tableau de bord. Entrepreneur vous êtes un dirigeant. Ayez un regard analytique sur votre environnement. Autour de vous il y a la concurrence et le marché qui sont les éléments majeurs qu’il faut prendre en compte. Vous n’avez pas le droit de stagner.

Dans le monde des affaires quand vous n’avancez pas, vous êtes rattrapé par la concurrence, voire dépassé. Etant dépassé, vous accumulez des pertes, ce qui à terme menacera votre activité de disparition. Veillez donc à ne pas vous laisser distancer. Il deviendra nécessaire d’activer la veille concurrentielle. Cette dernière vous permettra de surveiller activement votre environnement technologique ou commercial pour anticiper les évolutions de manière stratégique. Si vous êtes leader sur le marché, elle devient un moyen sûr de garder une longueur d’avance nécessaire qui vous permet d’être compétitif.

La veille concurrentielle vous permet également de trouver des opportunités d’amélioration de votre produit ou de votre service. Si vous analysez correctement le marché en anticipant les évolutions, vous proposerez toujours des produits et services en adéquation avec celui-ci et réussirez à devancer la concurrence.

Réussir un tel exploit exige d’avoir un état d’esprit qui vous permet une remise en question de vos réalisations. Qu’elles soient des succès ou des échecs. Apprenez à vous réinventer et surtout à anticiper. Pour devenir un entrepreneur efficace, soyez visionnaire, un féru d’innovation, passionné et enthousiaste. Ne vous laissez pas endormir par vos réalisations passées. Soyez toujours tourné vers l’avenir et cherchez à proposer constamment les meilleurs produits, les meilleurs services. N’hésitez pas à imaginer les déclinaisons qui n’existent pas. En cela vous proposerez de la nouveauté sur le marché, et irez plus vite que la concurrence.

 

Et vous, quelle réaction vous avez souvent après un succès ? Vous y arrêtez-vous ou pensez-vous que vous pouvez aller encore plus loin ? Faîtes-nous part de votre expérience.

Entrepreneur et prise des risques (2) : L’audace d’entreprendre.

By | Publications | No Comments

Dans notre dernière publication, nous avons parlé de la présence des risques dans l’aventure entrepreneuriale. Il vaut mieux les connaître pour décider en connaissance de cause. Aujourd’hui nous disons que pour lancer votre projet vaut mieux ne pas penser aux risques. Il faut être audacieux. Y a-t-il contradiction ? Non. Un des hommes sages qu’ait connu l’humanité a dit: « Ne réponds pas à l’insensé selon sa folie, de peur que tu ne lui ressembles toi-même. Réponds à l’insensé selon sa folie, afin qu’il ne se regarde pas comme sage.» La pensée que voulait ressortir le sage Roi Salomon, parce qu’il s’agit de lui, n’était pas une contradiction, mais une pensée d’équilibre et surtout de tout relativiser ; d’adapter chaque situation et non de rester enfermé dans une définition formelle.

La grande notion que nous a communiquée Albert Einstein, qui est considéré comme l’homme le plus intelligent du 20ème siècle, est la notion de la relativité. Tout est relatif. Il n’y a rien d’absolu qui serait valable tout le temps. Tout dépend du contexte, de l’environnement, du point de vue. En tant qu’entrepreneur, vous êtes appelé à conjuguer avec les circonstances et les événements, en cherchant à vous adapter de la meilleure des manières et savoir intégrer la notion de la relativité.

 

Relativiser les risques

Le piège dans lequel on tombe souvent quand on veut lancer son activité, son projet, son entreprise est d’être trop réfléchi. Vous voulez tellement minimiser les risques que vous les analysez avec beaucoup de prudence, de manière trop rationnelle pour les maîtriser totalement. A force de vouloir anticiper les scénarios négatifs, vous risquez de perdre la volonté d’agir. Une réflexion qui ne conduit pas à l’action a un effet contraire sur vous, elle vous paralyse.

Notre point est le suivant : n’ignorez pas les risques, mais n’y pensez pas non plus tout le temps. Ne vous focalisez pas uniquement sur eux. Relativisez-les. S’arrêter sur les risques a cette malicieuse tendance à vous garder concentrés sur la probabilité de réussite, en la minimisant, et surtout sur la probabilité d’échec de votre entreprise en l’accentuant. Ceci inhibe votre créativité et enlève même l’aspect aventure qui sollicite l’adrénaline nécessaire pour vous lancer dans l’entrepreneuriat. Dites-vous : « et si ça marchait  ? ». Ce qui est d’ailleurs plus probable. Apprenez donc à utiliser la réflexion pour peser le pour et le contre sans perdre l’envie de réaliser votre rêve, de concrétiser votre idée. Ne vous appesantissez pas trop sur les éléments négatifs.

Où se trouve le point d’équilibre ? Il se trouve dans l’action. C’est l’action qui vous révèle à vous-mêmes. Elle révèle le bien-fondé de toutes vos idées. Sans action, rien n’est prouvé. Rien n’est montré. 100 % de ceux qui ont réussi ont commencé par agir. Ils ont osé là où les autres ont été trop prudents.

 

Entreprendre requiert de l’audace

Face à tous les facteurs limitatifs auxquels nous faisons tous face. Face à plusieurs bonnes raisons que nous pouvons avoir pour ne pas nous lancer, de peur d’échouer, nous devons agir. C’est le seul moyen d’avoir des résultats. Pas en restant dans la réflexion stérile.

Le défi de l’entrepreneur est de bouger les lignes, et se faire une place dans un marché compétitif. Cela demande plus que du courage, ça demande de l’audace. Avec le courage on a parfois tendance à être réaliste, conscient des risques ; mais avec l’audace on s’affranchit des limites, des obstacles et même des conventions. Le courage vous fera voir le monde tel qu’il est tandis que l’audace vous fera façonner le monde à votre image. L’audace est ce qu’il faut à l’entrepreneur comme antidote contre les risques et leurs pesanteurs.

L’entrepreneur apporte souvent la nouveauté dans son monde. Il innove en rompant avec le statu quo et propose une nouvelle manière de faire, une nouvelle méthode, voire rompt totalement avec ce qui existait déjà. Certes toute entreprise ne va pas créer tout le temps un nouveau produit ou service, mais une entreprise à succès proposera généralement une modernisation dans la manière de faire pour se démarquer de la concurrence dans son domaine. Cette rupture pour impulser l’innovation, le changement dans son monde exige de l’audace de l’entrepreneur. C’est un moyen sûr pour démontrer ses convictions et faire aboutir ses idées.

L’audace permet à l’entrepreneur d’apprivoiser les risques et de le décider à se lancer définitivement pour un succès qui lui est promis. N’oubliez pas qu’entreprendre c’est d’abord un état d’esprit. A de moments il faut ignorer les risques et sauter. Quelqu’un a dit : « saute et le filet paraitra ! »
Pouvez-vous citer une autre qualité nécessaire à l’entrepreneur pour affronter les risques ?

Entrepreneur et prise des risques

By | Publications | No Comments

Entrepreneur, un statut qui rime, dans l’imaginaire collectif, avec aisance matérielle et financière. Un statut attrayant au point de susciter des vocations chez certains et les pousser à se lancer, souvent attirés par la prospérité matérielle apparente des entrepreneurs et le succès qu’ils récoltent grâce à la réussite de leurs entreprises ou à l’exposition de leurs histoires qui se racontent et se transmettent jusqu’à faire parfois le buzz. Des success story, comme on en raffole. Mais ce qu’on ignore c’est l’histoire derrière les parcours. Avant de s’engager, vaut mieux savoir de quoi il en retourne. La vie d’entrepreneur est une vie des risques. Sans prise de risque on ne peut réussir dans l’entrepreneuriat.

Ces risques, connus, plusieurs ne les prendraient pas. Alors vaut mieux le dire tout de suite : quel que soit le domaine dans lequel vous souhaitez vous lancer, le risque est inévitable. Loin d’être un frein, il faut apprendre à le gérer pour s’armer de la volonté d’aller au bout de ses idées. Nous connaissons pour la plupart cet adage : «Qui ne risque rien, n’a rien». Il s’applique à tous les domaines de la vie, mais bien plus encore plus dans l’entrepreneuriat.

Abordons quelques risques qui se présentent à l’entrepreneur, tant sur le plan personnel que sur le plan extérieur.

Risques personnels.

Les premiers risques sont d’ordre personnel. Le parcours entrepreneurial est souvent une aventure personnelle. Avant de faire intervenir des tierces personnes, il demandera à l’entrepreneur de s’assumer. C’est un engagement personnel de son temps, ses finances, sa réputation et/ou sa crédibilité. Ces engagements ne sont généralement pas couverts. Pas de protection sociale, pas de couverture maladie, du moins au départ de la majorité des projets. L’entrepreneur se retrouve souvent exposé. L’échec du projet aura des répercussions directes sur sa vie (personnelle) et celle de sa famille.

Face à ces risques, la plupart de ceux qui veulent se lancer se retrouvent confrontés à la peur de l’incertain. Et l’incertitude  décourage plusieurs. Il existe de nombreux exemples de ceux qui avaient une bonne idée, y ont consacré le temps nécessaire à la faire grandir, mais se sont rétractés au moment d’un choix crucial entre confort et sécurité d’une part et l’aventure entrepreneuriale, sans garantie, d’autre part. Parfois, ce choix consistait à quitter son emploi pour se consacrer à ses projets.  Signalons toutefois que toute idée, toute entreprise n’exigera pas forcément de quitter son emploi. On peut, avec un sens d’organisation, opter pour le statut d’entrepreneur-salarié. C’est envisageable et même conseillé au départ.

Un autre risque personnel est celui de la rémunération, surtout pour les entrepreneurs obligés de quitter leurs emplois antérieurs, rémunérés. Ou ceux qui se lancent pour la première fois sans background professionnel. L’un des défis de l’entrepreneur est de savoir comment organiser sa trésorerie propre et la rémunération à percevoir de son activité. Il faut de fois décider de ne pas se rémunérer pendant un temps. Un de grands risques encourus par l’entrepreneur.

Le choix du statut de l’entreprise est là encore un risque à prendre en compte. Ce choix dépend surtout de l’importance de l’activité et des moyens mis en œuvre. Observons qu’aujourd’hui, beaucoup de projets sont lancés sous le format auto-entrepreneur ou entreprise unipersonnelle, avec l’idée que «si ça marche, je change de forme juridique dans quelques mois». Selon le choix, il peut arriver qu’on expose ses biens personnels. Il est conseillé de minimiser les risques en consultant les spécialistes et opter pour la forme juridique la mieux adaptée.

Risques extérieurs : organisationnels et environnementaux.

D’autres risques guettent l’entrepreneur, des risques extérieurs d’ordre organisationnel, environnemental et financier. Entreprendre c’est aussi entraîner des partenaires dans son projet : employés, fournisseurs, clients. Il faut compter sur une équipe motivée pour faire avancer l’entreprise. Un mauvais casting de l’un ou l’autre partenaire et c’est une baisse de la productivité qui peut remettre en question le projet… avec le risque que tout s’arrête.

Le risque financier n’est pas négligeable. Une mauvaise gestion financière, un budget non respecté, un manque des clients ou une dépendance à un client peuvent exposer l’entreprise et affaiblir sa stabilité financière.

La concurrence est également un autre défi extérieur de taille dont il faut se démarquer pour avoir des parts de marchés. Hormis cette concurrence directe, il y a l’évolution du marché et de la technologie qu’il faut anticiper et à laquelle il faut absolument s’adapter.

La connaissance de ses différents risques permet à l’entrepreneur de se lancer en connaissance de cause. Préparé mentalement, moralement, l’entrepreneur peut aborder tous les risques avec une volonté ferme de se surpasser et s’autoriser à réussir. Quelqu’un a dit : «pour réussir, il faut risquer de perdre». Sinon, que serait un entrepreneur sans cette dose d’adrénaline qui le pousse à oser ?