Category

Publications

Bancarisation des idées

By | Publications | No Comments

Évangile de Saint Matthieu au chapitre 25, versets 14 à 30. L’évangéliste nous rapporte l’un des récits les plus connus da la Bonne Nouvelle. Il s’agit de la Parabole des Talents. Le Christ raconte l’histoire d’un patron qui, avant de s’en aller dans un long voyage, remet un capital à ses trois employés, chacun selon sa capacité. Le premier reçoit cinq talents, le deuxième en reçoit deux et le troisième un.

Dès son départ, les deux premiers se mettent au travail et fructifient leur capital jusqu’à le multiplier par deux. Mais le troisième agent prend une toute autre décision, et une mauvaise : il décide d’aller enterrer son talent. Au retour du patron, celui-ci congratule les deux premiers pour leur comportement industrieux et leur donne à chacun une promotion. Quant au troisième, il est sévèrement réprimandé par son patron pour sa fainéantise, licencié avec effet immédiat et privé de toutes indemnités de sortie, lesquelles sont redistribuées en prime au Most Valuable Performer (MVP) ou travailleur le plus performant.

Une des leçons les plus poignantes de ce récit se trouve dans les reproches faites par le patron à l’agent 003. Écoutez ce que lui dit son chef : « Mauvais employé, paresseux ! … Tu aurais dû placer mon argent à la banque et, à mon retour, j’aurais retiré mon capital avec les intérêts. »

Tout part d’une idée

Les entrepreneurs et promoteurs de projet travaillent toujours à partir d’une idée. Parfois c’est une innovation, parfois une amélioration ou une adaptation. Et puis ils se lancent dans le monde des affaires ; certains d’abord dans la planification, d’autres directement dans l’action. Mais il y en a d’autres qui n’en restent qu’à l’étape d’idées, sans pouvoir vraiment se lancer un jour.

Aujourd’hui, il y a de plus en plus des incubateurs et accélérateurs de projets. Pour la plupart, ils servent de première base-arrière aux entrepreneurs en formation. Il y a également des programmes de premier financement qui accordent une enveloppe pour permettre aux projets de démarrer, soit à titre philanthropique ou même participatif (c.à.d. en obtenant des actions dans la nouvelle entreprise). Il y a aussi les banques qui accordent des prêts (crédits) aux promoteurs.

Cependant, quelle que soit la forme que prendra le financement, il se fait normalement sur une base économiquement viable. C.à.d., le promoteur doit prouver, de manière vérifiable et contradictoire (au sens juridique du terme), que son projet ou son idée peut tenir le cap et se développer si des capitaux y sont injectés.

Savoir transformer

Maintenant, il ne suffit pas d’avoir une idée. Et d’ailleurs, vous noterez qu’il n’y a personne qui invente une idée. Les idées sont comme des concepts qui se déplacent dans l’air et qui se posent sur les hommes au gré de leurs capacités de perception.

Une idée ainsi reçue est comme un talent qui vous est confié. A la lumière du récit de la parabole évoquée ci-haut, vous avez la responsabilité de pouvoir la fructifier. Ou sinon, et à la limite, c.à.d. à défaut de la fructifier, l’on attend de vous que vous puissiez ne fut-ce que la déposer dans une banque pour qu’elle produise des intérêts.

Vous pouvez poser la question : « Comment déposer une idée dans une banque pour qu’elle produise des intérêts ? » Mais avant même de penser aux intérêts, l’autre question est : « Comment faire en sorte que la banque reçoive votre idée ? »

C’est ici qu’intervient la notion de business plan.

Entreprise vs Entrepreneur

Une des exigences de l’entrepreneuriat, c’est la démarcation entre la personne de l’entrepreneur et son entreprise. Et monter son business plan est une expression réelle de cette volonté. En établissant un business plan, l’entrepreneur est passé comme par une sorte d’accouchement. Il a libéré toute la pensée qu’il y avait en lui autour du projet, son originalité et son bien-fondé, sa compréhension, ses contours, ses différences et particularités, son marché, ses forces, faiblesses, opportunités et menaces (FFOM/SWOT), et autres aspects pertinents, notamment l’organisation de l’entreprise.

Un Business plan ou plan d’affaires permet de calculer la dépense, c.à.d. évaluer les besoins financiers du projet et comment ceux-ci seront déclinés sous différentes formes (financements, flux de trésorerie, prévisions annuelles, amortissements…).

Une fois ceci fait, ce projet ainsi ficelé peut être compris et même opérationnalisé par des personnes autres que le promoteur. Certains trouvent que c’est un risque, car ils peuvent se faire voler leur idée. Mais ceci n’est pas totalement vrai, car il y a également moyen de s’en prémunir, notamment grâce à des mécanismes juridiques établis de protection de la propriété intellectuelle.

Ce processus est capital et fondamental, car il vous permet d’évaluer la valeur (permettez la tautologie) de votre idée. En déterminant même d’une manière estimative les besoins de financement de votre projet, vous saurez combien vous pouvez rechercher auprès des sources externes prochaines (familles, amis) ou lointaines (banques, investisseurs, capitaux participatifs).

 

Passer par tout ceci est la première étape et constitue la moindre des actions qu’une personne peut entreprendre lorsqu’elle reçoit une idée, qui est en elle-même une véritable richesse, une mine, un talent, un potentiel.

C’est avec raison que l’on dit : « Une idée, c’est 1% d’inspiration et 99% de transpiration ».

Apprendre, Comprendre, Entreprendre

By | Publications | No Comments

S’il y a quelque chose que la pandémie du coronavirus (Covid-19) aura réussi à imposer à tout le monde avec son apparition, c’est bien d’arrêter ou alors de ralentir le train-train de la vie et des activités quotidiennes. Les gens se sont retrouvés désagréablement confinés à la maison. Mais tout désagrément dans la vie a souvent aussi un bon côté. Le défi, c’est de découvrir ce bon côté alors que l’on est aux prises avec la souffrance, la difficulté, la douleur, la déception ou la privation.

Mais alors qu’on s’arrête ou qu’on ralentisse notre rythme de vie et de travail, nous commençons à reconsidérer les choses. C’est en effet un moment d’évaluation et de remise en question, personnelle, et pourquoi pas collective. Tout de même, à part les désagréments causés par cette perturbation (ou disruption comme on le dit en anglais), ceci est une bonne occasion de nous examiner et tirer les leçons qui s’imposent. Si cet exercice est mené à bien, il y a de fortes chances de repartir sur de meilleures bases.

Tout commence, ou autrement, recommence par cette étape initiale et cruciale de prise d’informations. Si l’on en est arrivé là, c’est parce qu’il y a certainement des choses qui nous ont échappé, des paramètres que nous n’avons pas maîtrisés ou intégrés dans l’équation. Quels sont-ils ? Parfois, cela peut être des facteurs extérieurs, mais qui influent indubitablement sur notre activité. Avions-nous un plan de contingence en place pour assurer une flexibilité et de la résilience ?

Puis vient ensuite l’analyse des informations collectées. Parce qu’il ne suffit pas seulement de collecter des informations ; il faut aussi les faire parler. Ici, il est question d’établir le lien entre des éléments parfois disparates et sans rapport les uns avec les autres. Néanmoins, il faut aller au-delà des évidences pour dégager des modèles. C’est un peu comme dans une enquête policière : un indice par-ci, une preuve par-là, mais avec un bon flair, ou comme qui dirait un sixième sens, on arrive à ressortir des relations des choses.

Il ne s’agira pas de s’arrêter en si bon chemin. Le processus ne devient complet que lorsque l’on décide de prendre des mesures en fonction des outputs de notre analyse de faits. Et à ce niveau, les actions exigeront nécessairement du courage, car il sera question d’apporter un changement, introduire de nouvelles solutions, différentes de celles connues avant la survenue de la crise.

A y regarder de près, ce triptyque est fondamental à la pratique de l’entrepreneuriat. En réalité, l’entrepreneuriat est l’aboutissement de ce processus. Si l’une des étapes est négligée ou oubliée, l’entrepreneur ne pourra pas obtenir les résultats escomptés. Vu sous cet angle, il ne serait pas exagéré d’affirmer que n’est pas entrepreneur qui le veut, ou qui s’autoproclame comme tel. C’est vrai, l’entrepreneuriat est parfois devenu comme un phénomène de mode : conférences, webinaires, coachings, incubateurs… Tout ceci est bien, mais si la formule n’est pas respectée, le résultat sera mitigé.

 

Clé de la créativité

Paradoxalement, au lieu d’être une contrainte, le trio « apprentissage-compréhension-entreprise » est source d’épanouissement pour celui/celle qui s’y prête, car il assure de la fraîcheur dans les idées. C’est comme un cycle par lequel on est en constante régénération. Et l’entrepreneur qui le pratique est comme dans une récréation continuelle. Récréation au sens technique du terme, c.à.d. il y a toujours du nouveau dans sa personne et ses activités ; mais aussi récréation au sens social du terme, c.à.d. il se détend tout en travaillant. Avez-vous déjà entendu parler des gens qui sont passionnés par leur travail ? Voici un de leurs secrets.

Je comparerais ce cycle avec le fait de manger. Et manger est un plaisir pour tout un chacun de nous. Je dis souvent qu’on ne peut pas manger et être fâché en même temps. C’est presqu’impossible. Lorsqu’on ouvre la bouche pour ingérer la nourriture, nos muscles faciaux se détendent automatiquement 😊.

Mais ce n’est pas cela le point. Le voici : bien que manger soit une nécessité et un plaisir, il est d’abord le résultat d’une crise, c.à.d. de la faim ! Mais voyez comment se déroule le processus : Pour manger, nous collectons de la nourriture ; une fois ingurgitée, notre organisme se charge de faire les mélanges, c.à.d. de raccorder différents éléments éparses. Après cette activité métabolique, le système tire ce qui est nécessaire au fonctionnement de l’organisme, et rejette le reste.

 

Je suis, puis tu es

Ceci étant, l’on comprend alors que l’on ne devient pas entrepreneur parce qu’on veut impressionner ou faire plaisir aux autres ; mais d’abord parce que c’est une responsabilité vis-à-vis de soi-même ; comme manger, ça nous grandit et ça nous réjouit. Car  les bonnes choses, ou le bien, on ne le fait pas d’abord ou seulement en présence des autres, mais d’abord pour soi-même. Et en voie de conséquence, ce que les autres recevront ne sera qu’une extension, une répercussion.

 

Entreprendre c’est donc libérer de l’espace en soi pour plus de créativité encore. En face d’une situation donnée, on regarde. Mais il ne suffit pas de regarder, il faut voir. Beaucoup de gens regardent, mais peu sont ceux qui voient. Après avoir vu ou compris, il faut agir, entreprendre quelque chose. L’action, et encore l’action.

Ce processus à trois étapes est tellement ancré dans la vie et les règles du succès. Il n’est pas étonnant que les Saintes Ecritures disent à cet égard : « Que ce Livre de la Loi (information, connaissance) ne s’éloigne point de ta bouche ; médite-le (réflexion, intelligence) jour et nuit, pour agir (sagesse, mise en pratique) fidèlement selon tout ce qui y est écrit ; car c’est alors que tu auras du succès dans tes entreprises, c’est alors que tu réussiras* ».

 

Bon deuxième semestre à vous !

 

*Livre de Josué, chapitre 1er, verset 8.

Quatre conseils cardinaux

By | Publications | No Comments

Dans notre dernière publication, nous avions échangé sur la valeur du conseil. Il s’agissait de démontrer que l’expression « conseil gratuit » renvoie en fait à l’idée qui veut qu’un conseil ne soit pas réellement gratuit. Puisqu’il comporte une certaine valeur, il a aussi un prix, il est payant. Et comme un entrepreneur a besoin de conseils pour mener à bien son activité, il peut, pour ses débuts, s’appuyer sur l’expertise des amis ou membres de famille qui peuvent les lui prodiguer à titre gracieux.

Mais, dans la mesure du possible, l’entrepreneur devra s’obliger à récompenser cet apport qu’il reçoit des autres. Ceci peut ne pas se faire nécessairement sous forme monétaire, mais autrement comme avec du crédit de communication/internet, petits cadeaux de reconnaissance. Le double avantage de cette pratique sera que l’entrepreneur apprendra à ne pas prendre à la légère les conseils qu’il reçoit, car c’est une faveur qui lui est accordée, d’une part ; et d’autre part, la personne qui a offert ces conseils se sentira valorisée, et ce qui pourra éveiller en elle la volonté d’entreprendre, pourquoi pas.

C’est intéressant que cette notion de « récompense gratuite » (gratuite dans le sens qu’elle n’est pas forcée ou qu’elle est libre) se traduise en anglais par le mot « gratuity », c.à.d. un pourboire, ou une gratification. Comme qui dirait, « un ‘gratuity’ pour un conseil gratuit ».

 

Les fondamentaux

Voici ce que l’on dit souvent en matière de conseils : il ne faut pas prendre tous les conseils, et il ne faut pas non plus rejeter tous les conseils. Cela exige un certain équilibre et une bonne intuition, car en dernière instance, c’est vous qui prendrez vos décisions et vous devriez les assumer en fin de compte. Vous aurez donc à trier pour ne garder que ce qui vous sera utile.

Pour un entrepreneur, il y a quelques conseils dont il ne peut se passer pour espérer s’en sortir dans son/ses business. Robert Kiyosaki, auteur du célèbre Rich Dad Poor Dad (Père riche père pauvre) en recommande quatre dont il faudra nécessairement se procurer. Il y en a bien sûr plusieurs autres, mais nous allons nous focaliser sur ces quatre-là. Ce sont : la comptabilité, les investissements, le marketing (ou lois des marchés), et la fiscalité (en ce compris le juridique ou le droit des sociétés).

Pour Kiyosaki, la bonne maîtrise de ces quatre domaines, ou l’assistance qu’on en reçoit détermine de ce qu’on appelle l’intelligence financière, qui est une synergie de plusieurs aptitudes et talents. Pour un entrepreneur qui veut aller loin, il a besoin d’obtenir ces expertises et de bien les agencer. Et comme discuté plus haut, il ne s’agit pas, pour un début, d’aller les rechercher dans de grands cabinets. Votre cercle d’amis et connaissances regorge certainement de personnes-ressources plutôt disposées à vous prêter main forte et vous voir réussir.

 

Comptabilité

C’est une compétence de base pour réussir dans son parcours entrepreneurial. La comptabilité vous aide à lire et comprendre vos chiffres. Pour cela, il est fondamental de séparer les avoirs ou la caisse de l’entreprise et celle de l’entrepreneur ; et c’est là que beaucoup de personnes se heurtent.

Vous n’êtes pas obligés d’engager un comptable à temps plein si les moyens ne vous le permettent pas encore. Il vous suffit de tenir un fichier Excel avec vos dépenses journalières, et le moment venu, vous pouvez soumettre ces chiffres auprès d’un expert pour consolidation.

 

Investissements

Cette expertise détermine la destination de vos gains. Comment arriver à construire des actifs plus solides, soit au sein de l’entreprise, soit dans d’autres entreprises du groupe ou ailleurs. L’objectif poursuivi ici est de créer un effet de levier avec les gains générés par votre activité. C’est ici que s’applique le conseil favori du célèbre auteur : ne pas travailler pour l’argent, mais faire que votre argent travaille pour vous.

 

Marketing

C’est la compréhension de la loi des marchés, c.à.d. de l’offre et de la demande. Il est important de comprendre la situation du marché, mais aussi les tendances de celui-ci. Un aspect important du marché est la communication. Comment structurer la communication d’entreprise pour la positionner favorablement sur le marché.

L’aspect marketing ou communicationnel est souvent celui qui est éludé par les jeunes entrepreneurs, qui passent beaucoup de temps à travailler sur leur produit/service, aussi innovant soit-il, mais ils passent à côté de leur clientèle potentielle à cause d’une communication qui ne s’adresse pas à la bonne cible.

 

Fiscalité

Plus que le seul paiement des taxes, il s’agit surtout de comprendre comment tirer le meilleur parti du droit des sociétés. L’arsenal juridique contient parfois des mesures incitatives que l’entrepreneur peut utiliser au bénéfice de son activité. Dans nos pays où le fisc tend à se présenter plus comme une épée de Damoclès que comme partenaire des opérateurs économiques, il sied de mieux se faire accompagner pour épargner son entreprise des sollicitations excessives.

Dites-nous, de ces quatre domaines, quel est celui ou ceux que vous aviez négligés et comment comptez-vous réajuster le tir ?

Conseil gratuit

By | Publications | No Comments

Vous avez certainement entendu cette expression, et sûrement l’avez-vous déjà utilisée vous-même. Parlant à quelqu’un à qui vous proposez une piste donnée, vous lui dites : « Cher (chère) ami(e), c’est un conseil gratuit ». Cependant, ce n’est pas parce que votre interlocuteur est libre de l’utiliser ou pas que le conseil est « gratuit ». L’idée qu’il y a véritablement derrière la gratuité du conseil est que, fondamentalement, un conseil n’est pas gratuit. En réalité, vous êtes en train de lui dire : « Mon ami(e), c’est une faveur que je te fais en te montrant cette piste ; en réalité, tu devais me payer pour ça ! ».

Oui, un conseil est normalement payant ; car il a de la valeur. Cette valeur est d’abord fonction de la personne qui prodigue ce conseil, de sa compétence et aussi de son expérience et sa perspicacité. Il est vrai que de nos jours, avec les réseaux sociaux et la liberté d’expression qui va avec, tout le monde ou presque a le droit de donner son avis sur tous les sujets ou presque. Parle-t-on politique ? Tout le monde a son avis. S’agit-il du domaine médical, tout le monde a son mot à dire. Est-ce que c’est le sport ? Chacun devient coach. Est-ce un problème de couples, voici les conseillers conjugaux de tous bords ; et ainsi de suite.

 

Question de qualité

Ainsi donc, au vu du tableau ci-dessus, il faut se méfier de tous les conseils « gratuits » qui circulent à l’air libre. Comme on le dit souvent, si quelque chose est gratuit, eh ben, faites attention, car c’est vous qui risquez d’être la marchandise. Ce n’est pas parce que c’est gratuit qu’il faut se ruer dessus. Quand c’est gratuit, il y a de fortes chances que ce soit de moindre qualité.

Par ailleurs, s’il y a bien un conseil à suivre, c’est qu’il ne faut pas accepter tous les conseils ni non plus rejeter tous les conseils. Vous devrez trier entre tout ce qui est disponible pour en tirer le meilleur parti. Et pour cela, il faut bien des astuces pour mieux s’y prendre. Pour chaque situation, savoir peser le pour et le contre, faire une anticipation sur les conséquences possibles de l’un ou de l’autre choix, et aussi avoir une paix intérieure quant à l’option choisie et surtout l’assumer ; car, même si vous avez des conseillers, la décision finale sera toujours vôtre. 

 

Récompense gratuite

J’ai l’habitude de dire qu’un entrepreneur a une façon de réfléchir qui est différente de monsieur ou madame tout le monde. En d’autres termes, il n’a pas la mentalité de seulement prendre, mais il sait aussi entreprendre (d’où le terme entrepreneur). Entre prendre et entreprendre, son choix est clair 😊. Devant un conseil gratuit, il n’hésitera pas à le prendre, si et seulement si ce dernier répond aux critères. Mais il ne s’arrêtera pas à le prendre ; il ira un cran plus loin. Il voudra aussi récompenser ce conseil car celui-ci lui aura apporté une plus-value.

Il ne s’agit pas ici de payer le conseil reçu, mais plutôt de le récompenser. Je me rappelle une certaine époque où je faisais des traductions juridiques. Le jargon était tellement technique que je n’y comprenais pas grand-chose (saviez-vous que des termes comme ‘exploit’, ‘grosse’… ont des significations loin de ce à quoi vous pouvez penser à priori). Je faisais alors recours à un ami juriste pour qu’il m’aide à comprendre le document et en faciliter la traduction. Cet ami le faisait gratuitement, il me donnait des conseils gratuits. Mais à la fin, lorsque je recevais mes paiements, je m’obligeais à lui donner quelque chose, ou lui acheter du crédit de communication… C’est vrai que ça pouvait le gêner, mais ce qui importait pour moi, c’est que je m’efforçais de reconnaître et de récompenser son apport.

Certaines organisations appliquent également ce principe, à l’exemple de celles qui utilisent des « volontaires ». Ces volontaires offrent gracieusement leur temps et expertise pour une cause donnée. En retour, ils ne recevront pas un salaire. Cependant, les organisations qui les utilisent leur versent quelque chose, non seulement pour leur faciliter le travail, mais c’est surtout une façon d’encourager leur acte volontaire.

 

Eveiller les talents

Avec l’expérience, j’ai remarqué que certains amis que je récompensais ainsi venaient tout à coup à réaliser que leurs connaissances ou compétences pouvaient être commerçables. Et certains se sont lancés dans le « conseil payant » selon leur domaine. Oui, c’est vrai que dans ce cas-là, moi je bénéficie toujours des tarifs préférentiels. Mais au moins, cela aura contribué à éveiller en eux un sens de valeur à partager et à valoriser.

Ce qui se conçoit bien…

By | Publications | No Comments

Voilà un adage que beaucoup de gens connaissent très bien : « ce qui se conçoit bien s’énonce clairement, et les mots pour le dire viennent aisément ». Dans notre livraison de ce mois, nous allons porter notre attention sur un mot dudit adage : »conçoit », ou mieux un verbe : « concevoir ». Il est en effet au centre de cette pensée ; les autres aspects (clarté de l’énoncé et facilité d’expression) dépendent de la manière dont se produit cette conception.

J’ai toujours conservé dans mon esprit cette observation que m’avait partagée un jour un partenaire ghanéen. Il me faisait remarquer qu’en termes de capacité de production d’une personne, l’input de l’effort physique est inversement proportionnel à ce que produit sa tête. Parlant de tête justement, et à titre d’exemple, la personne qui utilise sa tête pour soulever des sacs de farine, ou autres, gagnera moins que celle qui l’utilise dans la réflexion.

Il ne s’agit pas ici de minimiser le travail de ceux qui utilisent leur force physique ; la situation que traverse le monde aujourd’hui a poussé tout un chacun à reconsidérer l’échelle des valeurs, et à regarder la vie et les autres autrement. Seulement, la particularité de cette réflexion est qu’elle se rapporte à l’homme-entrepreneur comparé à lui-même. L’entrepreneur est appelé à toujours se remettre en question pour savoir s’il tire le meilleur parti des ressources à sa disposition et surtout de sa personne.

 

L’entrepreneur est en constante évolution. L’entrepreneuriat est en effet un parcours, un voyage. Et dans ce parcours, il est appelé à innover à tout moment pour pourvoir rester dans la course. J’aime bien l’illustration suivante : puisque la terre est toujours en mouvement (rotation autour d’elle-même, et translation autour du soleil), ceux qui s’y trouvent doivent toujours être en mouvement pour maintenir leur équilibre. C’est comme si vous étiez debout à l’arrière, à la carrosserie d’un camion en marche ; vous ne pouvez être en équilibre en restant fixe ; cela demande des ajustements.

En anglais on dit, “what brought you here won’t bring you there”. En d’autres termes, les connaissances qui vont ont permis d’atteindre le niveau que vous avez aujourd’hui, ne seront pas suffisantes pour vous projeter au prochain niveau ; il faut quelque chose de nouveau, il faut se réinventer. Et c’est là que la conception entre en jeu.

L’un des pièges que l’entrepreneur devra éviter, c’est celui de se fier à sa seule intelligence. Quoique l’intelligence soit une bonne chose, elle a bien ses limites. Certes, elle encadre notre quête de solutions nouvelles, et nous aide à matérialiser les découvertes qui en découlent. Le savant grec Archimède en avait fait l’expérience lorsqu’il lâcha le célèbre EUREKA ! C’est de cela dont nous parlons ici, un input extérieur à nous-même, qui combiné à ce que nous connaissons déjà, produit une autre dimension de productivité. Selon une autre définition, c’est une connaissance spontanée de la vérité, sans l’intervention du raisonnement (ou de l’intelligence).

Le mois écoulé, nous avons célébré la femme (ou mieux les droits de la femme), avec un appel ou un plaidoyer à plus de son implication dans le processus de la construction de la société (voir l’article conjuguer le développement au féminin). Dans le domaine de la conception, qui mieux que la femme peut en comprendre les contours et le vécu. Le processus de conception qui se passe chez elle peut bien illustrer le fond de cette publication.

Une femme ne devient pas enceinte parce qu’elle est intelligente ou parce qu’elle est bien constituée physiquement ou biologiquement. Un bon état physique et une dose d’intelligence sont sûrement des facteurs qui l’aideront à bien porter la grossesse, mais cette dernière est le fruit d’un dépôt de quelque chose (d’un apport extérieur, une semence) qui lui est extérieur. C’est quelque chose qu’elle reçoit. Tout ce qu’elle peut faire, c’est de se mettre dans les conditions pour recevoir (relation, intimité). Un bon physique et l’intelligence constituent la condition nécessaire, mais c’est le dépôt extérieur qui est la condition suffisante. Et le fruit de ce processus est quelque chose d’unique, de non-imitable.

De même, un entrepreneur est appelé d’une part à se former, s’informer et se structurer, mais plus important encore, il se doit, s’il veut aller loin et être en constante évolution, se mettre dans de bonnes conditions pour capter ce qui fera de lui quelqu’un toujours en avance sur la concurrence.

Quoi de mieux, en cette période spéciale de confinement, que de tirer parti de cette situation tant unique qu’insolite, en se mettant dans des conditions propices pour recevoir et concevoir !

Joyeuse saison pascale !

Règle numéro 1 : Ne pas paniquer

By | Publications | No Comments

Chers Clients & Partenaires,

Alors que nous traversons la crise liée à la pandémie du #CoViD-19, Kalda Group vous propose, pour ce mois de Mars 2020, de relire l’article publié en Décembre 2018 ; intitulé « Règle numéro 1 : Ne pas paniquer ». Ecrit en marge des préparatifs des élections générales en RDC, cet article contient des principes qui peuvent encore nous aider aujourd’hui, en tant qu’individu, business ou communauté, quoique le contexte est différent.

Retrouver l’article ici : https://kaldagroup.com/regle-numero-1-ne-pas-paniquer/

Tout en observant les mesures d’hygiène nécessaires, restons sereins et mesurés. La foi comme la peur sont toutes deux contagieuses.

Kalda Group

Business en couple, mode d’emploi

By | Publications | No Comments

Un des principes fondamentaux de l’entrepreneuriat, c’est bien la séparation entre la personne de l’entrepreneur et son business, entre ses propres finances et la caisse de l’entreprise. Pour y arriver, il faut beaucoup de discipline personnelle. Et ceci n’est pas facile pour tout le monde. A la vérité, l’entrepreneuriat lui-même n’est pas pour tout le monde ; pas parce qu’il soit spécial, mais parce que tout le monde n’est pas prêt à en payer le prix. 

Que dire des personnes qui combinent leur relation affective avec le business ? C.à.d. celles qui sont en couple et en même temps partenaires en affaires. Est-ce que le fait de travailler à deux facilite ou complique davantage cette exigence de démarcation ? Tout d’abord, est-ce même une bonne idée que de combiner le bureau et la maison ? Y a-t-il des avantages, des inconvénients ? Quels sont-ils ? Et quelles sont les précautions à prendre pour s’en sortir ? Nous proposons quelques pistes de réflexion qui peuvent aider à vivre cette expérience en douceur.  

 

Dans le meilleur des mondes 

En fait, dans l’idéal, il est préférable pour l’homme et la femme de travailler ensemble. Ensemble ils sont appelés à fonder une famille ; ensemble ils doivent aussi produire les moyens et ressources pour y arriver. Maintenant, dans la société moderne, il n’est pas évident que cela se produise, car tout le monde n’a pas créé ou ne travaille pas dans une entreprise familiale. Mais, quel que soit le cas de figure, ils sont encouragés à travailler ensemble, c.à.d. en partageant au moins les idées. Combien de gens en effet n’ont-ils pas été tirés d’une situation difficile à leur lieu de travail, seulement pour avoir partagé le problème avec leur conjoint, et que ce dernier leur a fourni un conseil pertinent, même s’il ne maîtrisait pas bien tous les aspects techniques du problème ? D’autre part, combien d’autres personnes ne se sont-ils pas retrouvées en difficulté pour avoir voulu travailler en vase clos vis-à-vis de leur conjoint ? 

 

Le bon côté des choses 

Souvent, l’entrepreneur(e) passe de longues heures au travail, c.à.d. loin de sa famille. Mais pour ceux qui travaillent ensembleils profitent bien de la présence de l’un et de l’autre, tout en se complétant mutuellement. Aussi, les intérêts professionnels coïncident avec les intérêts personnels, dans ce sens que le succès de l’entreprise se répercute automatiquement sur la maison. De même, les incompréhensions qui pouvaient naître dans le chef d’un des partenaires s’il n’était pas impliqué, sont résolues automatiquement car tout le monde voit et sait ce qui se passe, et donc personne ne peut penser que l’autre lui cache des choses.  

 

Précautions 

Toutefois, lorsqu’un couple décide de travailler ensemble, il est important de prendre quelques mesures d’encadrement pour préserver à la fois la relation et l’entreprise. Il faut déjà dire ici que la culture, et surtout la culture d’entreprise, ou son absence, est un facteur déterminant dans la réussite ou l’échec d’une telle initiative. Autrement dit, toutes choses restant égales par ailleurs, il est plus facile à des personnes qui ont évolué, ensemble ou chacun de son côté, ou qui se sont rencontrées dans un milieu professionnel, de pouvoir mieux comprendre les enjeux, et savoir faire la part des choses et s’adapter au besoin. Je prends souvent l’exemple de ce couple des fiancés musiciens dont la femme était le plus en vue par rapport à l’homme. Le mariage venu, certaines personnes voulaient voir la femme changer son nom de scène pour arborer celui de son mari ! Ces gens ne comprenaient tout simplement pas que le nom de la femme était déjà devenu une marque commerciale, avec une certaine notoriété, et que même le rebranding répond à des normes ! 

La maturité, la compréhension mutuelle et la séparation des juridictions sont ici les maîtres-motsCeux qui ont les sentiments et émotions à fleur de peau, s’abstenir ! Il est vrai que les humains sont des êtres avec des sentiments et émotions, mais ces derniers doivent être bien reconnus et gérés, et non se laisser gérés par ceux-ci. Imaginez que vous êtes partis de la maison avec une mésentente, et que vous arrivez sur le lieu du travail. Il vous faut une bonne dose de dépassement de soi, pour comprendre que vous devez mettre de côté votre ressenti, et vous atteler à vos tâches, sans renier ou répulser vos émotions, mais bien les gérer. Ou alors, quand survient un problème d’argent à la maison, mais que la caisse de l’entreprise a des liquidités ; cela demande un jeu d’équilibrisme qui n’est pas à la portée de tous pour comprendre que le peu qu’il y a au bureau, peut l’être pour des dépenses d’urgence. 

Selon un coach professionnel, la réussite du business en couple requiert entre autres que les deux aient d’abord une même vision, bien communiquer, établir une démarcation entre famille et bureau, connaître les conséquences de leur choix et bien définir les rôles et tâches de chacun, tout en veillant à préserver sa vie de couple.  

Par ailleurs, il est aussi primordial de bien choisir le statut matrimonial pour préserver la sécurité financière du couple en cas de problème. Il est souvent recommandé dopter pour la séparation du patrimoine, en prévision d’éventuelles difficultés ou saisie judiciaire des actifs de l’un des conjoints. Si vous aviez déjà opté pour la communauté universelle des biens, il n’est pas trop tard néanmoins. Selon un avocat consulté sur la question, il est possible de changer de régime matrimonial, une seule fois. Il est utile de se renseigner et d’obtenir plus de précisions le cas échéant 

 

L’utile et l’agréable 

Qu’est-ce qui vient en premier pour vous ? Ça c’est une question à laquelle vous devez répondre avant de vous lancer. Chaque cas est différent, et chaque couple est unique. Mais il y a des fondamentaux avec lesquels il ne faudrait pas transiger.  

 

Voulez-vous partager avec nous une expérience personnelle ou apprise, et quelles leçons on peut en tirer concernant ce sujet. 

Happy New You!

By | Publications | No Comments

C’est le Nouvel An !  Les vœux et messages de vœux fusent de partout. « Bonne Année ! », s’écrie-t-on ici et là. Nous voici donc en 2020. Oh, que le temps file ! 20 ans déjà que nous avons franchi le cap du mythique « 2000 ans », comme on l’appelle #ChezMoiauCongoEh oui, cela fait bien 19 ans que nous avons commencé le 21ème Siècle, le 1er janvier 2001. Et au 31 décembre de cette nouvelle année, nous aurons traversé deux décennies, et s’ouvrira alors une autre décennie, la troisième de ce troisième millénaire, le 1er janvier 2021 (un peu de calcul, ça ne fait du mal à personne). (voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Décennie pour le calcul des décennies) 

Comme toute nouvelle saison, le début de l’année apporte avec elle beaucoup d’opportunités, et aussi beaucoup de défis, car il n’y a pas l’un sans l’autre. C’est aussi la période où plusieurs prennent de nouvelles résolutions. Et c’est à raison ; j’ai lu sur Twitter que « si tout ce que vous faites est tout ce que vous avez fait auparavant, alors tout ce que vous aurez est tout ce que vous avez toujours eu ». Il importe donc de pouvoir tracer un nouveau parcours, et sortir des sentiers battus, battus par vous-même y compris. 

Bien souvent, lorsqu’on pense à changer les choses, on s’y prend souvent de la mauvaise manière. En effet, il ne s’agit pas tant de « changer les choses », que de « nous changer nous-même ». Eh oui ! Un auteur a fait remarquer que les circonstances extérieures sont impersonnelles, neutres, mais c’est la façon dont nous les approchons qui détermine les résultats. Vous remarquerez deux personnes, avec apparemment les mêmes compétences, mêmes postes ou mêmes revenus, mais qui mènent des vies bien différentes. Et donc, s’il y a bien une bonne résolution à prendre cette année pour qu’au bout du compte elle ait été une « bonne année », il vous faudra regarder en vous-même. Vous avez besoin de découvrir, dévoiler un nouveau vous-même.  

 

Reprenez conscience 

S’il y a bien une chose que j’ai retenue de mes leçons d’éducation civique, c’est que la toute première action en vue du développement, c’est la prise de conscience. Tout commence par là. Tant que vous ne réalisez pas que vous devez changer, vous continuerez à vivre les mêmes situations, à répéter les cycles du passé, et à blâmer les autres au passage, comme s’ils sont la cause de vos problèmes. Mais lorsque vous vous arrêtez, vous allez vous poser les bonnes questions, et celles-ci vous mèneront forcément aux bonnes solutions.  

 

Reprenez contrôle 

L’illusion est une bien mauvaise chose. Elle vous laisse croire une chose, alors qu’il en est tout autrement. C’est par exemple l’illusion d’indépendance. De nos jours, très peu de gens peuvent vraiment se vanter d’être indépendants. Aussi, très peu de gens auront le courage de reconnaître leur dépendance à ceci ou à cela. Tenez, entre autres : la dépendance au téléphone et réseaux sociaux, à la télé, au travail, à la compétition avec les autres, à l’image de soi que l’on veut à tout prix renvoyer, à la validation extérieure, à l’argent… pour ne citer que ceux-là.  

Sur cette liste non exhaustive, les réseaux sociaux sont un véritable défi. Comme dit plus haut, ils ne sont pas mauvais en soi ; sinon, comment cet article allait-il facilement vous parvenir ? 😊. Mais c’est l’usage que l’on en fait. Tout simplement, leur abus est nocif. Il est temps de reprendre le contrôle, de votre temps et de votre téléphone. Dans un reportage sur la question, il a été relevé que le problème n’était pas les réseaux sociaux en eux-mêmes, mais (encore une fois) les déclencheurs internes qui poussent la personne à toujours vouloir y recourir.  

Même dans l’entrepreneuriat, les compétitions du meilleur projet, les programmes d’incubation, les présentations devant les potentiels investisseurs, tout cela peut vous détourner de votre objectif premier, tellement vous êtes concentré à faire mieux que les autres promoteurs de projets. Respirez un moment, revenez en vous-même. A l’origine, il n’était nullement question de battre celui-ci ou celle-là, mais seulement de lancer votre idée, et contribuer de votre manière au bien-être personnel et général. Reprenez le contrôle. Oubliez le jury. Oubliez les médias. Il y a bien plus important que cela. Votre conscience est un bien plus grand jury. 

 

Reprenez contact 

Otez vos yeux de vos téléphones et regardez les opportunités autour de vous, disait Robert Kiyosaki auteur de Rich DadEn tant qu’entrepreneurs, vous vous devez de toujours être à l’écoute, de vous-même et de votre environnement. Il y a toujours un message que notre intérieur ou notre entourage veut nous faire passer, mais le bruit en nous et autour de nous l’étouffe. Par exemple, le tic-tac de votre horloge est toujours là présent, à tout instant. Mais, vous le percevrez plus de nuit que de jour. De même, beaucoup de choses vont vous demander de vous détacher du bruit, de la routine, pour pourvoir les capter. 

Pour cette nouvelle année, pourquoi pas lire plus de livres, et moins de statuts ; pourquoi pas écouter plus les autres, leur accorder plus de temps et d’attention ; ou bien apprendre une nouvelle langue ou acquérir une nouvelle compétence ; ou briser ce plafond de verre qui vous nargue depuis des années… 

Happy New Year and Happy New You! 

Comment rédiger son business plan

By | Publications | No Comments

Dans notre dernière publication, nous avons relevé l’importance de produire un bon business plan (ou plan d’affaires) pour la réussite de votre projet ou idée. Ce document constitue en effet la maquette de la construction que vous voulez entreprendre. Il convient donc d’y consacrer les ressources et le temps nécessaire pour bâtir une entreprise qui tiendra  sur la durée.

Comme on le dit souvent, on ne réinvente pas la roue. Je vais partager ici avec vous un article tiré du forum de la Fondation Tony Elumelu sur l’entrepreneuriat, plate-forme sur laquelle j’ai servi comme Encadreur (Mentor) dans les promotions 2018 et 2019. Cet article a été posté en anglais à l’origine. Il s’intitule :

 

10 ASTUCES POUR REDIGER UN BON PLAN D’AFFAIRES

 

Par Ogeh Olayemi, Alan Gleeson

 

Planification d’Affaires

Rédiger un business plan (plan d’affaires) peut sembler un véritable défi. Cependant, c’est une compétence vitale pour tout entrepreneur ou entreprise qui veut accroître ses chances de survie.

Voici ci-dessous une liste de mes dix meilleures astuces pour rédiger ce plan gagnant :

 

  1. Ecrivez en pensant à ceux qui vont vous lire

Le point de départ de tout business plan devra être l’idée que s’en fera votre public-cible. Quel objectif votre business plan veut-il poursuivre ? Est-ce pour obtenir un financement ? Est-ce pour communiquer les prochaines étapes de votre entreprise ?

En rédigeant votre business plan, essayez de l’adapter selon les différents publics, car ils auront chacun des exigences très spécifiques. Par exemple, un investisseur potentiel voudra voir des détails clairs sur votre proposition de retour sur investissement (R.O.I) et les délais de remboursement de son argent.

 

  1. Faites des études de marché approfondies

Les spécialistes en la matière s’accordent à rappeler l’importance que les investisseurs potentiels attachent à la connaissance du marché et la nécessité pour les entrepreneurs de faire des études approfondies de leur marché. L’entrepreneur doit effectuer une ou des études du marché et s’assurer que le business plan comprend des données sur la taille du marché, les prévisions de croissance potentielle et les moyens d’accéder à ce marché. Le business plan d’un cyber-café par exemple tiendra compte de la taille de la population locale, du taux de pénétration et de la vitesse de l’Internet, des prévisions sur sa probabilité de croissance ou de déclin, etc., et enfin procéder à une revue de la concurrence.

 

  1. Comprendre la concurrence

Comprendre la concurrence, tout aussi bien sa nature que ses dynamiques au sein de votre secteur, fait partie intégrante de la compréhension de l’ensemble de l’environnement commercial. Vous lancez-vous dans un environnement particulièrement concurrentiel ou un domaine innovant et sans concurrence jusque-là ? Comment se comportent les opérateurs existants vis-à-vis de la concurrence ? Y a-t-il un leader en matière des prix ? Enfin, il est essentiel de comprendre parfaitement les bases sur lesquelles vous voulez rivaliser avec la concurrence. Pouvez-vous faire jeu égal avec les actuels acteurs du marché ?

 

  1. Faites attention aux détails

Faites un business plan concis, mais veillez à inclure suffisamment de détails pour que vos lecteurs disposent de suffisamment d’informations qui les aideront à prendre des décisions éclairées. Étant donné que le rédacteur du business plan a généralement un rôle important à jouer dans la gestion de l’entreprise, le business plan doit faire preuve de professionnalisme, ne pas contenir de fautes d’orthographe, avoir des hypothèses réalistes, des projections crédibles et un contenu précis. Le rédacteur devra également prendre en compte le format du business plan. Par exemple, s’il/elle doit faire une présentation devant un public, il/elle devra aussi créer un fichier en PowerPoint à cet effet.

 

  1. Focalisez-vous sur l’opportunité

Si vous êtes à la recherche d’un investissement pour votre entreprise, il est important de décrire clairement en quoi consiste cette opportunité d’investissement. Pourquoi l’investisseur aurait-il intérêt à investir dans votre entreprise plutôt que de laisser son argent dans un compte bancaire, ou le placer dans des actions ou dans une autre entreprise ? Quelle est la proposition commerciale unique de l’entreprise (l’atout unique de votre produit qui le différencie de la concurrence) ? Pourquoi les gens vont-ils se séparer de leur argent pour acheter chez vous ?

 

  1. Assurez-vous d’avoir couvert tous les domaines-clés

Faites des recherches sur le contenu d’un business plan ; il y a plusieurs sites Internet où vous pouvez vous documenter. Votre business plan devra contenir des sections sur l’entreprise elle-même, le produit ou le service, le marché, la concurrence, l’équipe de direction, le marketing, les opérations et les finances. Le plan devrait également permettre une meilleure lisibilité et une présentation de données qui donne envie de lire. Bien que plusieurs business plans contiennent essentiellement des textes, il n’empêche d’y inclure des tableaux avec de couleurs simples et des feuilles de calcul (Excel).

 

  1. Faites vos calculs

Les chiffres seront particulièrement passés au peigne-fin. Les coûts doivent être documentés intégralement et les prévisions de vente doivent être à la fois réfléchies et réalistes. Si les coûts sont souvent évidents et prévisibles, le niveau des ventes est en revanche un facteur déterminant pour la réussite ou l’échec de votre entreprise. Si vous n’êtes pas très à l’aise avec les calculs, vous pouvez vous faire assister par quelqu’un pour préparer de tableaux simples de trésorerie et de rentabilité. Ceci permettra à vos lecteurs de comprendre le nombre de ventes que vous devez réaliser pour couvrir vos coûts, ainsi que le niveau du financement dont vous avez besoin pour démarrer correctement. Rappelez-vous qu’au début, il y a beaucoup de dépenses de démarrage et qu’en même temps, le volume de ventes est encore faible. Si les ventes se font à crédit, il peut vous prendre plusieurs jours/semaines pour recevoir cet argent.

 

  1. Résumé analytique

Le résumé analytique est sans doute la partie la plus importante du business plan. C’est le résumé de tout le business plan et il apparaît généralement en tout début du business plan. Il sert souvent de critère essentiel de qualification pour les investisseurs pressés par le temps. S’ils sont accrochés, ils liront le business plan jusqu’à la fin ; sinon ils n’iront pas plus loin. Même s’il apparait en tout début du business pan, le résumé analytique doit être rédigé à la fin du processus de planification et il devrait contenir un « facteur accrocheur » qui les incite à continuer à lire. En parallèle, le rédacteur devra également préparer un bref argumentaire éclair (elevator pitch), c.à.d. un aperçu de cinq minutes des principaux avantages du nouveau produit/service.

 

  1. Revoyez votre business plan

Une fois que vous avez terminé votre business plan, faites-le revoir par une personne externe. Choisissez quelqu’un qui soit détaché du processus et capable de formuler des critiques constructives sur tous les aspects du business plan. Il existe des entreprises ou agences commerciales spécialisées et à même de vous aider. Cette révision devra soulever d’autres questions qui devront être abordées et inclues dans un projet révisé.

 

  1. Mettez votre business plan en œuvre

Enfin, un business plan doit toujours être considéré comme un document évolutif ; il contient des détails sur les dates, les délais et les responsabilités spécifiques. Il devra être constamment revu et actualisé, tout en étant utilisé pour voir ce qui a été planifié et ce qui se passe dans la réalité. Les entreprises dépendent énormément des actions menées par leur personnel et ceux-ci doivent savoir répondre de leurs responsabilités. Un business plan gagnant contribuera à faire en sorte que l’entreprise se concentre pleinement sur ce qui est nécessaire pour atteindre les objectifs fixés.

 

Voici donc 10 meilleurs astuces pour rédiger un business plan. Etudiez-les, parcourez-les et faites-en bon usage. Nous vous souhaitons plein succès et des entreprises qui changent la donne.

Savoir calculer la dépense

By | Publications | One Comment

Le domaine de l’entrepreneuriat semble de nos jours un phénomène de mode. Plusieurs s’autoproclament « entrepreneurs » sans coup férir, parce que justement il n’y a aucun risque à le faire, comme il en serait le cas avec quelqu’un qui se collerait à lui-même le titre de médecin ou d’avocat. Plusieurs colloques s’organisent, et mobilisent de grandes foules et une grosse communication tout autour.

Toute cette vague est bien sûr à encourager, vu le besoin criant d’un nouveau paradigme et de vivacité pour nos économies. Cependant, il y a également la nécessité de montrer aux potentiels entrepreneurs et aux promoteurs de projets en herbe les véritables exigences pour se lancer et pour réussir leur parcours entrepreneurial. En effet, lorsqu’on regarde les statistiques de dépérissement des start-ups à travers le monde, on devrait se poser les bonnes questions avant de s’engager.

A ce titre, cet article se propose de souligner l’importance d’un outil important dans la création d’entreprise, mais qui se révèle souvent une bête noire pour plusieurs, et qu’on a souvent tendance à escamoter ou tout simplement à négliger. Il s’agit bel et bien du plan d’affaires, autrement connu sous son appellation anglophone de business plan.

De mon expérience d’encadreur de promoteurs de projets, j’ai réalisé que la rédaction d’un business plan constitue un véritable défi. Pourtant, c’est une étape cruciale. Contrairement à ce qu’on pense souvent, le business plan n’est pas établi que pour la seule raison de recherche de financement. Quoiqu’étant un des prérequis majeurs pour y arriver,  le business plan est d’abord un outil pour soi-même.

Souvent, quand un projet vous monte à cœur, vous n’en avez au début qu’une idée vague. Il est difficile à ce niveau-là d’en définir tous les contours. Même si vous avez couché par écrit quelques lignes à ce propos, elles sont loin de capturer la portée réelle de votre idée. Surtout si vous envisagez de vendre votre idée, sans business plan, vous courez le risque de sous-estimer sa véritable valeur. De même si vous voulez ne fut-ce que définir la valeur des éventuelles parts ou actions à distribuer.

C’est qui est sûr, ce qu’il n’est pas facile d’élaborer un business plan, et les spécialistes sont unanimes là-dessus. Même si vous recherchez des modèles en ligne, vous ne trouverez que de modèles très simplifiés. Si vous voulez aller en détails, il vous est demandé de payer pour obtenir une assistance. C’est autant pour montrer effectivement la difficulté et l’importance de son élaboration.

En matière de projets, vous entendrez souvent dire qu’il faut d’abord vous assurer que le projet que vous voulez entreprendre est bancable. Qu’est-ce cela veut-il dire ? Simplement que si vous amenez votre projet à une banque, elle doit pouvoir l’accepter. Mais quelle est la base que la banque utilise pour accepter ou rejeter votre projet ? C’est de l’étude ou examen qu’elle fera de votre business plan. Si vous avez bâclé votre travail, il est plus probable que le projet ne soit pas admis.

Le business plan contient deux parties principales : une partie narrative et une autre qui reprend les chiffres liés au projet envisagé. La partie narrative est certainement la moins compliquée, mais elle demande quand même du sérieux dans son élaboration. Cette partie vous permet de sortir les idées que vous avez en tête. Un business plan n’est pas quelque chose de figé ; il peut évoluer avec le temps. C’est là d’ailleurs l’un des aspects pratiques de cet outil, car il vous permet de revoir les choses avec un certain recul, et d’apporter donc les corrections nécessaires. C’est un véritable outil de gestion.

C’est à la partie chiffrée que les choses se corsent. Ici comme à la partie narrative d’ailleurs, il vous est demandé de vous projeter dans l’avenir, et préparer de manière élaborée ce à quoi ressemblera votre projet financièrement dans 6 mois, ou dans 1 année, ou même dans 2 ou 3 ans.

En réalité, les parties narrative et financière sont liées ; en effet, la partie financière est l’expression chiffrée de ce que vous avez mentionné dans la présentation de votre projet, idée ou entreprise. Et donc, vous devrez assurer une certaine cohérence dans la rédaction. Même si c’est une tâche ardue, elle n’est pas néanmoins impossible ; et d’ailleurs, vous pouvez toujours vous faire assister pour produire un travail de qualité.

La finalité de tout projet, c’est qu’il soit matérialisé et produise des résultats. Mais la toute première étape, c’est savoir ce qu’il représente et ce qu’il va exiger et coûter. Cela demande donc de s’asseoir et calculer la dépense. Et cela ne suffit même pas, car au-delà, vous devez vous poser la question de savoir si votre business plan est susceptible d’être reçu par une banque.